[Séminaire] Le séminaire « Typologies de la citation au théâtre » se poursuit à l'Université d'Avignon sur le thème de Jan Fabre

 

L'Université d'Avignon continue l'organisation du séminaire « Typologies de la citation au théâtre » qui avait accueilli fin février les intervenants Florence Fix et Paola Ranzini. Le jeudi 13 mars 2014 de 14h à 17h, deux professeurs proposent une communication autour de la citation picturale dans les œuvres du metteur en scène Jan Fabre.

Le premier intervenant, Luk Van den Dries, analyse les pratiques de citation dans l'œuvre de Jan Fabre. Les pratiques de citation dans l'œuvre théâtrale (et plastique) de Jan Fabre sont structurelles. Dans chaque pièce il y a une profusion de références qui établissent un réseau entre différentes périodes et courants dans l'histoire de l'art. Cette pratique n'a rien de « ludique » ou postmoderne, mais se situe plutôt dans une tradition brechtienne, dans laquelle la référence fait partie d'une réflexion sur les « modèles », « exemples » dans l'histoire de l'art. Dans certains cas, cette pratique de citation est si élaborée et intense qu'on pourrait parler d'une nouvelle forme d'adaptation (Hutcheon) comme c'est le cas avec « Le Pouvoir des Folies Théâtrales ». Une autre forme de citation chère à Jan Fabre est l'auto-référence : cette forme de citation constitue un réseau entre différentes pièces et périodes de son œuvre théâtrale et plastique.

Luk Van den Dries est professeur des universités en Études théâtrales à l’Université d’Anvers, directeur du centre de recherche de Visual Poetics et du département de Littérature. Ses recherches concernent le théâtre contemporain et tout particulièrement le théâtre postdramatique. Il a consacré plusieurs ouvrages aux créations de Jan Fabre. D’autres travaux ont concerné la représentation du corps dans le théâtre contemporain et sur le processus créatif. Il est l’éditeur de la revue de théâtre Etcetera, l’organisateur du Flemish-Dutch Theatrefestival, président de son jury et du Flemish Arts Council.

Lydie Toran poursuit dans la même veine en parlant de citation picturale par le geste et l'écriture dans « Je suis sang » de Jan Fabre. Dans ses œuvres théâtrales, Jan Fabre utilise tout type de citation : littéraire, philosophique, religieuse, populaire, picturale. Le mouvement citationnel, qui consiste à puiser au réservoir culturel européen pour illustrer, approfondir ou déconstruire son propos, ou bien pour confronter l'œuvre citée à son propre travail et à son public, n'est pas univoque. L'écriture théâtrale se construit souvent à partir d'un matériau visuel. Ainsi, un tableau est la source d'inspiration pour sa pièce « Je suis sang », si bien que son texte est imprégné de l'image picturale, au point qu'elle y paraît quelquefois décrite, fut-ce de manière fragmentaire. Si ce type de fragment n'est pas retenu en tant que « citation » à proprement parler, (avec guillemets, référence à la source etc.), sa mise en relief est pourtant conséquente : elle démontre une symétrie entre la genèse de l'œuvre (inspirée par le motif iconographique) et sa réalisation (comportant aussi des figures iconographiques) face au public. Dans la représentation de « Je suis sang », la figure de Saint Sébastien est clairement citée sous la forme du tableau vivant. Cette symétrie entre la genèse et la performance de l'œuvre est caractéristique de ce que Fabre lui-même nomme « l'effet de miroir ».

Lydie Toran enseigne l'art visuel et performatif à l’École Supérieure d'Art d'Avignon. Sa thèse de doctorat en cotutelle (Université d'Avignon, Université d'Anvers) s'intitule « Théâtralité de la mort chez Ghelderode et Jan Fabre ». Elle a publié divers articles sur les deux artistes flamands, et préfacé des catalogues d'artiste.

Retrouvez plus d’informations sur www.univ-avignon.fr