[Séminaire] L'Université d'Avignon organise le séminaire « Typologies de la citation au théâtre »

 

L'Université d'Avignon organise le séminaire « Typologies de la citation au théâtre », le 28 février 2014 de 14h à 17h en salle 1W06 du bâtiment Nord, site Sainte Marthe. Il se compose de deux communications sur le thème de la citation des arts plastiques sur scène.

La première intervention, de Florence Fix, invite à la réflexion sur les problématiques de la citation des tableaux au théâtre. S'il est clair que de nombreux dramaturges aujourd'hui sont eux-mêmes peintres ou plasticiens (Jan Fabre, Valère Novarina), se réclament de peintres comme sources d'inspiration (Goya, de Rodrigo Garcia) ou encore utilisent des peintres comme figures jumelles de l'écrivain (scènes d'une exécution d'Howard Barker), ce que Florence Fix étudie est la présence concrète de tableaux sur scène dans « Carré blanc » d'Yves Ravey (avec une œuvre de Malévitch) et « After Magritte » de Tom Stoppard, notamment. Le tableau est clairement désigné avec son titre et son auteur : quelles sont les implications, les enjeux, les contraintes d’une telle indication ?

Professeur à l’Université de Lorraine, Florence Fix enseigne dans le domaine des arts de la scène, avec une attention particulière portée sur les liens entre littérature et histoire culturelle. Auteur de nombreux articles et coordinatrice d’une dizaine d’ouvrages collectifs en littérature, elle a publié « Médée, l’altérité consentie », Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, coll. Mythographies et sociétés, en 2010 ; « L’Histoire sur la scène de théâtre (1870-1914) », Rennes, PUR, coll. Interférences, en 2010 ; « Le Mélodrame, la tentation des larmes », Paris, Klincksieck, coll. 50 questions, en 2011 ; et tout récemment « Barbe-Bleue et l’esthétique du secret », Paris, Hermann, coll. savoirs/lettres, en 2014.

Paola Ranzini prend ensuite comme point de départ la définition de « citation-performance » proposée par Chambat-Houillon ; allant des scènes-tableaux (XVIIIe siècle) aux poses plastiques de Keller et ses imitateurs (XIXe siècle). Cette communication se donne comme objet des représentations et des performances qui recréent sur la scène de théâtre des tableaux ou des productions plastiques les mettant en mouvement. Les spectacles étudiés se posent aux prodromes de cette modalité de pratique scénique (XVIIIe et XIXe siècles) et concernent l’activité de troupes professionnelles qui se produisent sur les théâtres de la foire, à la comédie italienne de Paris et dans ces théâtres populaires (amphithéâtres ou arènes) qui accueillaient souvent des spectacles équestres ou d’acrobates adressés aux classes populaires. Dans tous ces spectacles, l’œuvre mise en mouvement sur les scènes est très connue par le public : la citation fonctionne alors en tant que jeu esthétique fondé sur le plaisir de la reconnaissance.

Paola Ranzini est professeur à l’Université d’Avignon. Les thèmes principaux de ses recherches sont : le théâtre européen (textes et spectacles) XVIIIe-XXIe siècles, l’esthétique théâtrale (esthétique philosophique et études sur la performance). Sous presse : « Théâtre italien contemporain. Des auteurs pour le nouveau millénaire » (financement CNL octobre 2013, Éditions de l’Amandier). Elle dirige, pour le Laboratoire Identité Culturelle Textes et Théâtralité (ICTT), le séminaire « Typologie de la citation au théâtre ».

Retrouvez plus d’informations sur www.univ-avignon.fr