1827 jeunes diplômés y ont pris part, de 80 universités d'Etat et de collèges et universités privées choisies au hasard, qui proposent le programme d'études de deux et de quatre années.

On a abouti à une conclusion peu réconfortante : les étudiants de dernières années de collèges et d'universités des Etats-Unis ne sont pas capables de résoudre des problèmes plus ou moins difficiles auxquels on se confronte dans la vie quotidienne.

50% des étudiants qui terminent la quatrième année de l'université et plus de 75% des jeunes diplômés qui ont suivi le programme de deux ans, ne sont pas capables d'interpréter le tableau qui illustre la dépendance entre les exercices physiques et le niveau de tension artérielle, comprendre l'argumentation de l'auteur dans l'éditorial, choisir l'offre la plus avantageuse selon des cartes de crédit avec des taux de rémunération et des commissions, de même que faire des conclusions en se basant sur les résultats d'un sondage portant sur la participation de parents dans l'éducation scolaire. Les devoirs qui requièrent des mathématiques se sont avérés les plus difficiles pour les interrogés. 20% des étudiants de la quatrième année et 30% des jeunes diplômés qui ont fait deux ans d'études, ont seulement des acquis de base pour traiter les chiffres. Pourtant on a remarqué une tendance positive : par rapport aux adultes diplômés, les jeunes diplômés contemporains savent mieux trouver et utiliser l'information nécessaire dans les documents. A part cela, les résultats moyens des tests chez eux sont plus élevés que chez la population adulte des Etats-Unis en général.